AUTOMNE 2017



SEPTEMBRE et OCTOBRE 2017

Après 5 mois passés en France, nous revenons à bord de NOULICA fin septembre 2017.
Nous avons un nouvel équipier, qui s'appelle Nouky, il a juste un peu plus de 7 mois. C'est un Coton de Tulear, un petit gabarit, ce qui nous permet de le garder avec nous dans l'avion, dans un sac. C'est beaucoup moins stressant pour lui, et aussi pour nous. Ca nous tordait les tripes, les années précédentes, de faire voyager Dino dans une boîte, dans la soute de l'avion.

Nouky
Nouky récupère du décalage horaire

Nous trouvons NOULICA en très bon état, presque tout fonctionne normalement à bord.
La peinture de coque, normalement rouge vif, est plutôt rose. Ca sera un des premiers boulots, après un grand nettoyage interieur et exterieur.
Retrait des bandes blanches et du nom à l'étrave, ponçage général de toute la coque (à la ponceuse, ça va vite !). Il y a très peu de retouches d'époxy à faire, cette année. Nous achetons la peinture à la quincaillerie de Deltaville, c'est une polyurethane monocomposante, facile à appliquer et qui se tend très bien.
La météo coopère, temps sec pas trop chaud, et en deux jours NOULICA retrouve sa belle couleur rouge vif. Il est pimpant comme... (devinez !).

Avant peinture
Avant...

Après peinture
...après


Nous avons la visite de Don et LaVonne, connus aux Bahamas il y a deux ans, et aussi de Tim, morose car Michele et lui n'iront pas aux Bahamas cet hiver.

Nous retrouvons ici Didier et Marie-Noëlle, du cata INOUI, connus au printemps dernier, et faisons la connaissance d'un autre équipage français, Hervé et Marie-Léa sur leur bateau JULIE XIII (si, si, c'est bien leur treizièlme bateau !). Une vraie colonie française à Deltaville. c'est l'occasion de plusieurs agapes !

Apéro
Apéro à bord de JULIE XIII


Le 19 octobre, nous remettons NOULICA à l'eau, et le 22, nous reprenons la mer, cap au sud sur l'Intracoastal Waterway.

Sous le travelift
Mise à l'eau


NORFOLK
22 octobre
Beau temps, vent faible, une première sortie bien tranqille, bien qu'un peu fraîche.

Première sortie
Première sortie, dans la Chesapeake Bay

C'est la première sortie en mer de Nouky, et il s'habitue très vite. De plus, il fait ses besoins sur le pont, contrairement à bien des chiens. C'est un gros plus pour nous, car il n'est pas toujours facile de descendre à terre deux fois par jour.
Nous mouillons dans l'après midi à Norfolk, devant l'hôpital militaire.


GREAT BRIDGE
23 octobre
Une petite traite de 10 milles et  nous accostons à Great Bridge. C'est principalement une escale technique : nous faisons remplir deux bouteilles de propane, et nous profitons du grand supermarché à proximité  pour approvisionner le bateau.


BROAD CREEK
25 octobre
Dès le matin, nous franchissons le pont (le Great Bridge !), et nous nous arrêtons à Atlantic Yacht Basin, pour faire les pleins de gasoil, d'essence et d'eau.
Ensuite, en route sur le waterway, par temps nuageux et vent faible. Nous mouillons dans l'entrée de Broad Creek, un peu au sud de nos escales habituelles de Buck Island, pour être mieux protégés d'un vent de nord-ouest que nous annonce la météo.

Nouky
Nouky


BELHAVEN
26 octobre
Nous partons à l'aube naissante pour cette traite assez longue, sans beaucoup d'arrêts possibles. La traversée d'Abermarle Sound est assez agitée (comme bien souvent) avec un vent de nord-ouest frais qui nous fait rouler. La longue remontée d'Aligator River est plus confortable, et le long canal est tout à fait tranquille, avec même du courant portant. Nous mouillons le soir dans le port de Belhaven, après 10h de trajet.

Bancs de brume
Bancs de brume sur le port de Belhaven

WRIGHTSVILLE BEACH
28 octobre
Le lendemain, nous hésitons... Du mauvais temps est annoncé pour dans deux jours.  Devons nous rester à Belhaven ? Si nous avançons, où aller ? Oriental est mal protégé des vents de secteur sud. Il n'y a pas grand chose pour mouiller dans les parages de Beaufort. Et les militaires sont en pleines manoeuvres dans le camp Lejeune, avec des grosses restrictions sur la partie de waterway qui traverse le camp.
Finalement, nous partons le 27 en milieu de matinée, histoire de profiter d'une belle journée avec vent faible.
En approchant d'Oriental, dans l'après-midi, et après avoir refait un point météo, nous décidons de continuer sur Beaufort, et de traverser de nuit sur Wrightsville Beach, où le mouillage est bien abrité de tous les vents.
Le vent de sud fraîchit un peu dans la nuit, nous avons quelques heures de roulis inconfortable, mais il mollit ensuite et la fin de la traversée se fait par calme plat. Nous entrons à Wrightsville Beach le 28 à 4h du matin, et nous mouillons en bordure du chenal.
Après quelques heures de repos, nous allons mouiller dans le mouillage principal, mieux protégé et plus proche du dinghy dock.
Une traversée de 135 milles d'une traite, qui nous permet d'attendre sereins les deux jours de mauvais temps qui s'annoncent. Et nous avons court-circuités les militaires et leurs restrictions !

Wrightsville beach
Au mouillage à Wrightsville beach

Les bandes de leds qui nous servent d'éclairage de pont ont tendance à se décoller depuis notre retour. C'est l'occasion d'aller les recoller.

Recollage des leds
Recollage des bandes de leds

La pompe de lavage qui nous permet de laver la ligne de mouillage (et les besoins de Nouky) a rendu l'âme. C'est un problème car les mouillages du waterway sont souvent très vaseux. Nous décidons d'aller jusqu'au West Marine, qui est à trois bons kilomètres du dinghy dock, pour essayer de trouver une nouvelle pompe. Et nous amenons bien sûr Nouky. Commle souvent, nous ne trouvons pas notre bonheur à West Marine, il n'ont que des pompes 12V (le circuit électrique de Noulica est en 24V). Nous pensions devoir porter Nouky au retour, mais non ! Il fait plus de 6km sur ses pattes, et n'a même pas l'air fatigué au retour !


CALABASH CREEK
31 octobre
Le beau temps est revenu, avec un vent faible. Nous reprenons la navigation tranquille sur le waterway. Nous sommes abordés par la vedette du shérif, affrêtée par les Coast Guards. Deux d'entre eux montent à bord et contrôlent nos papiers et l'équipement du bateau. Ca se fait calmement, avec le sourire, même quand Nouky saute sur les genoux de l'un d'entre eux pour se faire câliner. Pas de problème, nous sommes en règle.
Nous mouillons le soir dans Calabash Creek, une de nos escales traditionnelles.


BUTLER ISLAND
1er novembre
Beau temps le matin, un peu nuageux l'après-midi, avec un vent faible. Cette étape comporte la descente de la très belle Wacamah River, un des endroits les plus jolis du waterway. Nous nous arrêtons à Bucksport Plantation Marina pour prendre du gasoil, le fuel dock est très facile d'accès.
Nous mouillons à Butler Island.



ICW
Navigation tranquille sur l'Intracoastal Waterway


INLET CREEK
2 novembre
Beau temps assez chaud, avec un vent toujours faible. Nous descendons Wyniah Bay à grande vitesse avec le courant portant. A marée basse, nous sommes au sud de McCleallanville, dans une zone où il y a très peu de fond. Nous dépassons 3 bateaux américains échoués dans la vase. Nous passons à basse vitesse, sans toucher grâce au faible tirant d'eau de Noulica. Nous mouillons le soir  dans Inlet Creek, un mouillage assez étroit, juste au nord de Charleston.


STEAMBOAT CREEK
3 novembre
Une petite traite de 33 milles aujourd'hui. Nous traversons Charleston sans nous y arrêter, par beau temps chaud et vent faible. Nous mouillons à Steamboat Creek, un mouillage que nous avons pratiqué l'année dernière, où il y a un dinghy dock et donc un accès facile à terre. C'est l'occasion d'une grande balade pour Nouky.


BEAUFORT, SC
4 novembre
Encore une journée de beau temps chaud et vent faible. Nous avons un gros courant contraire dans Coosaw River, mais ce n'est pas grave, nous n'allons pas loin. Nous mouillons en début d'après-midi devant Beaufort.

Nous nous offrons une journée de repos. Beaufort est une escale agréable, avec un  grand dinghy dock, et un parc qui longe la rivière, parfait pour de belles balades et pour se dégourdir les jambes et les pattes.

Beaufort
A Beaufort, avec le "swing bridge" en arrière plan


Beaufort
Nouky et son air réjoui sur le genoux de sa maîtresse



Beaufort
Le parc de Beaufort...

Parc Beaufort
...est bien agréable.

Retour de balade
Retour de balade...


Noulica
...vers Noulica au mouillage


DAYTONA BEACH
7 novembre

Nous quittons Beaufort en fin de matinée, pour profiter du courant portant dans la rivière, et comme la météo nous annonce plusieurs jours de temps calme, nous décidons de quitter l'ICW et de rejoindre la Floride par la mer. Ce que la météo ne nous a pas annoncé, c'est une brume à couper au couteau, qui va durer toute la journée.

Brume
Ce qui s'appelle "foncer dans le brouillard"

Heureusement, tous les gros navires, et beaucoup de petits ont l'AIS (et nous aussi !). Ca réduit bien les risques de collision, d'autant qu'il n'y a pas de petits bateaux de pêche au large de la Georgie.
Le ciel se dégage à la tombée de la nuit, et nous avons un beau ciel étoilé. Le vent reste nul, la nuit est parfaitement tranquille. Nous pensions rentrer à Jacksonville, mais nous arrivons trop tôt (vers 4h du matin, il fait encore nuit noire). Nous poursuivons par la mer et entrons à Ste Augustine, au petit jour.
Et là, que faire ? Il n'y a pas de mouillage sympa dans les environs de Ste Augustine... Il fait beau, le vent est toujours faible... Et il y a un bon courant portant sur l'ICW... C'est décidé, nous continuons sur le waterway jusqu'à Daytona Beach, où nous mouillons le 7 novembre en milieu d'après-midi, au sud des ponts.
Nous avons parcouru 213 milles en 28h 45min, à la très bonne moyenne de 7.4 noeuds, et nous avons strappé toute la Georgie et le nord de la Floride.


MELBOURNE
8 novembre
Le lendemain, réveil à l'aube ! Nous avons des doutes sur les horaires d'un pont ferroviaire qui dessert la NASA. D'autre part, la météo nous annonce du mauvais temps pour dans quelques jours, et nous voulons atteindre Vero Beach avant. En fait, le pont est ouvert, comme d'habitude, pas de problème, et comme il est encore tôt, nous décidons de pousser jusqu'à Melbourne. Une bonne traite de 75 milles. Nous mouillons le soir au sud-est du pont.

Melbourne
Coucher de soleil sur Melbourne


VERO BEACH
9 novembre

Une petite traite de 30 milles, par beau temps chaud et vent faible, et nous arrivons à Vero Beach, le but de notre descente du waterway. Nous faisons les pleins de gasoil et d'eau en arrivant, et nous prenons une bouée, à couple du voilier innoccupé Winsome.
Le trajet de Deltaville jusqu'ici a été particulièrement agréable cette année. Essentiellement du beau temps, jamais froid, et du vent faible, ce qui nous a permis deux traites par la mer.

Nous allons rester ici plusieurs semaines, à relaxer et à préparer le bateau pour les Bahamas.
Nouky découvre le dog parc, une grande nouveauté pour lui. Il est assez craintif le premier jour, mais ça s'améliore vite.

Dog parc
Nouky découvre le dog parc à Vero Beach

Vero Beach City Marina

Vero beach
Sur corps-mort à Vero Beach City lmarina


L'escale de Vero Beach est l'occasion de plusieurs travaux.
La pompe de lavage, bien sûr. Pour la descente du waterway, nous l'avions remplacée par une des pompes de refroidissements des frigos (celle que nous n'utilisons qu'à terre), mais c'était une solution provisoire. Nous commandons une pompe chez Defender, que nous installons sur le circuit de lavage. Evidemment, ce n'est pas la même fixation que l'ancienne, il faut bricoler un peu.
La mèche de barre franche prenait un peu de jeu, pas gênant pour barrer, mais ça faisait du bruit sous pilote. C'est l'occasion d'une révision complète du système de barre.
Nous avons quelques jours de grosse pluie, ce qui met en évidence des fuites des hublots, il faut refaire quelques joints. C'est un combat permanent à bord de Noulica, mais nous avons semble-t-il trouvé le bon produit : ça s'améliore à chaque fois.
Nous refaisons les portes de placard en plexi qui se fissuraient. Les deux plus grandes sont désormais en polycarbonate qui devrait mieux résister.
Et la chaîne principale du mécanisme de la dérive s'est rompue. La dérive était bloquée en position haute depuis Deltaville (ce n'était pas gênant, nous la laissons toujours haute sur l'ICW). Heureusement nous avons de la chaîne de secours. Nous la remplaçons en en profitons pour renforcer son support avec de la fibre de verre.

Nous sommes rejoints ici par Didier et Marie-Noëlle, sur INOUI qui restent jusqu'à Thanksgiving. Ils ont loué une voiture pour aller visiter les Keys, et nous emmènent deux fois au Walmart pour l'avitaillement des bateaux. Thanksgiving (4ème jeudi de novembre) est la fête principale aux USA. Nous nous retrouvons à plus de 150 plaisanciers pour les agapes traditionnelles, suivies par la musique et les chants. C'est l'occasion pour Françoise de chanter pour la première fois en public et en anglais !

Musiciens
Après-midi en musique pour Thanksgiving

Puis INOUI nous quitte, ils ont un vol à prendre à George Town mi-décembre.

Nous retrouvons ici les équipages de TILT, COOKIE MONSTER, NIGHTINGALE, RESOLVE, et d'autres... Tous en route comme nous vers les Bahamas. Et Ken et Merydie, dont le bateau QUICK STICKS est en travaux à Fort Pierce (échange du moteur), viennent nous rendre visite en voiture.

Notre Ipad tombe en panne un dimanche. C'est sérieux car nous l'utilisons quotidiennement pour les e-mails, Internet et notamment les bulletins météo, et la cartographie marine.  Nous trouvons une société de service informatique agréée Apple proche de la marina (3km, ça se fait facilement à pied), et nous leur amenons l'Ipad le lundi matin. L'après-midi, ils nous annoncent que c'est un problème de hardware, et qu'ils auront un appareil de remplacement le lendemain midi. Et le mardi après midi, nous avons un Ipad qui marche, sur lequel ils ont réinstallé toutes les infos stockées sur le "cloud". Nos logiciels, nos photos, nos documents, nos bouquins... Tout y est !
Et pour la modique somme de 360$ (nous pensions devoir acheter un Ipad neuf à près de 800$ !).
Merci Apple ! La qualité de service est vraiment là !

Nouky
Nouky endormi sur une marche de descente

Courses au centre commercial, accessible facilement par les bus gratuits, papotages avec les copains, et bien sûr 2 longues balades quotidiennes avec petit Nouky (au dog park, mais aussi le long des rues et des parcs voisins, il adore marcher !). Pas le temps de s'ennuyer à Vero Beach !

Lounge
Dans le lounge de la marina

Le 2 décembre, c'est la "Christmas parade", dans les rues de Vero. Nous y allons avec nos amis Libbie et Grant, du voilier Alaskan NIGHTINGALE (Le climat de Floride les change de l'Alaska !), et nous amenons Nouky.

Nouky à la Christmas parade
Nouky brandissant le "Stars and Stripes" à la Christmas parade.
Notez son collier lumineux et clignotant.

Chistmas parade
En attendant les premiers chars

Comme chaque année, de nombreux chars décorés et lumineux, représentant chacun une administration, une école, un club sportif, une entreprise...
Pas beaucoup de photos, car il est difficile de faire des photos nettes de nuit sur un sujet en mouvement.


Parade
Un des multiples chars de la parade

Nous terminons notre séjour à Vero Beach par une soirée crêpes bretonnes à bord de Noulica, en compagnie de Libbie, Grant, Merydie et Ken, que nous reverrons prochainement aux Bahamas.


FORT PIERCE
5 décembre

Une dernière virée au centre commercial, pour les dernières courses de produits frais, et nous partons pour Fort Pierce. Ce n'est pas loin de Vero, juste 12 milles sur le waterway. Nous mouillons pour la nuit près de la sortie.


GREAT HARBOUR CAY (BAHAMAS)
7 décembre

Le 6 décembre au matin, nous quittons les USA, en route vers les Bahamas. C'est une traversée délicate, car nous devons traverser le Gulf Stream. Mais Françoise, la reine de la météo, nous a trouvé un bon créneau : il fait beau, le vent est faible, moins de 10 noeuds, bien que contraire. Nous avons un courant contraire aussi, et pas seulement dans le Gulf Stream, mais la traversée est confortable par mer belle.
Le lendemain midi, nous entrons à la marina de Great Harbour Cay, dans les Berry Islands.

Les formalités d'entrée sont rapides. Le douanier nous reconnaît, c'est la troisième fois que nous entrons aux Bahamas ici.

C'est la première marina à pontons pour Nouky. Bateaux qui arrivent, gens et chiens qui passent sur le quai, papotages entre équipages... Il ne sait plus où donner de la tête (et de la voix) !

Great Harbour Cay


Noulica à GHC
Dans la marina de Great Harbour Cay


Nous restons plusieurs jours  dans cette agréable marina, en attendant le passage de deux fronts froids énergiques qui vont nous apporter du vent fort et de la pluie.
Mais en attendant, nous profitons de l'île et de sa belle plage au vent.

Vers la plage
En route vers la plage

Plage
Sur la plage au vent de Great Harbour Cay.
On se croirait aux Bahamas !


Plage
Quel  plaisir de se rouler dans le sable !







Retour page voyage